Juillet 2013, là où il faut profiter de l’été !

Et voilà finalement le nouveau ring !!!! Un beau 20 par 60 mètres, clôturé et où il ne manque que les lettres. Le rêve pour galoper les grands chevaux !

20130702084030(1)

Voilà un peu de travail avec Domingo, en rêne allemande pour seulement lui montré là où je veux son nez. C’est la recherche du contact qui n’est pas facile pour lui car il n’ose pas, car son cou et son dos sont bloqués et il doit apprendre à s’étirer.

20130702091823(1)

Et puis changement d’attitude, en position concours, à la suite d’une demi-parade sur la rêne extérieur, comment on voit bien qu’il élève l’avant-main, que ce n’est que le commencement et qu’il a tout ce qu’il faut pour s’exécuter quand son dos sera plus fort encore et surtout plus souple. Il doit apprendre le véritable contact car dès que je relax mes mains, il accélère au lieu de se relaxer. Dures dures les bases !

20130702092150(3)

Les chaleurs de juillet m’amortissent comme jamais ! Avec le sevrage, tout devient une torture; Mon Dieu que c’est dur !

Je prépare aussi l’arrivée de Bodhi et donc envisage de lui trouver un ou deux amis pour maximiser sa croissance et aussi d’apprendre la vie de cheval, le langage de la harde. Ma recherche s’est finalement arrêtée sur un poulain en Allemagne, Durengo, une lignée Demirel par DiMaggio ayant pour mère une Florencio-Prince Thatch xx. Les deux poulains partageront mes frais de voyage et devraient être ici en octobre.

Domingo guérit son épaule, met de plus en plus de poids sur celle-ci et dès lors, la fourchette sous son pied a doublé de volume. Je suis très contente ! Vers la fin de juillet, je suis donc partie faire une clinique avec mon amie Anne-Marie Bélanger à la Ferme La Belle Époque. Durant les cours, elle m’a conseillé de ralentir considérablement les allures et nous avons donc travaillé hanche en dedans, épaule en dedans au pas et puis dans un très petit trot pour que Dodo puisse comprendre où mettre ses pattes et comment garder son équilibre. Anne-Marie me dit qu’il a beaucoup d’avant, donc pas nécessaire de pousser le cheval mais bien de le ralentir afin qu’il puisse comprendre ce qu’il fait.

Ces cours m’ont ouvert sur d’autres solutions et cela a aussi permit à mon bon cheval de relaxer, de comprendre et surtout, il ne se fait plus chicaner. Le voilà donc heureux quoique au début cela le stressait un peu mais rapidement il a compris ce que j’attendais de lui. Après quelques conseils sur le placement de mon assiette et sur le placement de la tête de Domingo, tout est revenu. Mon beau cheval a retrouvé sa grâce et sa force ! Donc nous avons eu 2 jours de pur plaisir à travailler dans des cadences très lentes.

En revenant à la maison, je m’inscrit donc à la compétition qui se tiendra le 11 août à Laval, en niveau 2 et j’ai l’intention d’avoir du plaisir et aussi d’obtenir des juges des commentaires qui nous aideront à aller plus loin. De plus, retourner chez Anne-Marie afin d’améliorer mon cheval et ce, dès le mois d’août.

Me voilà très motivée ! Je monte aussi Drakkar et la petite Smoothies, quant à elle pour la première fois en solo. Cette dernière est intelligente et apprend très vite ! La voilà déjà sur le mors après seulement deux séances de travail !

Smoothies au pas

Mon sevrage de la morphine a continué durant le mois mais une fin de semaine, ma douleur à l’épaule gauche est revenue en force et j’ai souffert énormément. Je ne savais plus quoi prendre pour me soulager. Finalement les Tylénol et les interdoses de Dilaudid m’ont permis de calmer la douleur. Après une rencontre avec ma médecin en soins palliatifs, elle m’envoie passer un scan thoracique pour évaluer cette douleur. Deux jours plus tard, elle me rappelle pour m’annoncer que la tumeur dans la zone de la rate a pris de l’expansion, envahis le diaphragme et de fait, elle est la cause de ma douleur à mon épaule.

Le cancer a repris du service et elle va m’organisée une rencontre avec mon oncologue pour que j’ai des examens plus approfondis au plan abdominales. Ce que j’espère toujours, c’est l’existence d’une chimio qui pourra peut-être ralentir le processus avant que je sois obligée de me remplir de morphine à nouveau.

J’ai reçu cette nouvelle avec sérénité; de toute manière, je me dit que logiquement, le cancer ne pouvait rester tranquille bien longtemps et que c’était heureux que j’ai pu survivre autant d’années. Une journée est donc une de plus arrachée à la maladie, une de plus pour pouvoir monter  et vivre ! Et ce sera toujours ainsi.

Continuer ma progression avec les chevaux, accueillir les poulains cet automne sera déjà assez de raisons pour pouvoir vivre sereinement. Si il existe un traitement visant à pouvoir m’aider à vivre ces mois sans être obligée de prendre de la morphine, j’ai des chances de me souvenir des bons moments et de ne plus m’endormir partout. Je n’ai pas perdu l’espoir de vivre encore quelques bons mois de bonheur.

Advertisements

Un avis sur « Juillet 2013, là où il faut profiter de l’été ! »

  1. Contente de lire que tu profites de l’été en travaillant tes chevaux dans ta toute nouvelle carrière. Que de plaisir! Mais vraiment désolée d’apprendre que le cancer a repris l’invasion. Je souhaite de tout coeur que ton oncologue trouve une chimio efficace qui ne te fatiguera pas trop et te permettra d’accueillir les poulains.
    Bonne chance le 11! Mes Lavallois arrivent ici aujourd’hui!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s